L’oeil du caster : Los Angeles Gladiators

Salut à tous ! Après plusieurs interviews, je suis retourné auprès de nos bons casters mais cette fois-ci pour décortiquer une équipe en particulier. Une nouvelle fois, j’ai commencé avec Julien « Adyboo » Thiry, avec qui j’ai zoomé sur son équipe de coeur, les lions violets représentant la cité des anges, j’ai nommé les Los Angeles Gladiators ! Shields up les amis !

évolution globale de l’équipe

Ils ont commencé de manière timide si on veut être gentils avec eux, voire catastrophique si on veut rester réaliste. Ils n’arrivaient pas à gagner contre les gros bras de la ligue. En plus de ça ils galéraient contre les équipes de leur niveau voire en dessous. Ils ont pris de grosses roustes contre Séoul, New York, Houston entre autres. Soudain, ils ont réalisé un coup d’éclat contre les Fusion mais c’est tout, ou presque. Leur victoire au premier derby de la cité des anges contre les Valiant a lancé quelque chose. Malgré tout, l’équipe était un regroupement de bonnes individualités mais sans la régularité (notamment Hydration, supersub mais pas excellent titulaire). Iremix n’était pas fou sur son Winston. Malgré la synergie ex-Kungarna pour les deux tanks et ex-Gigantti pour les supports le liant n’était pas au rendez-vous. Les DPS étant tributaires des tanks, le fait que Bischu et Iremix se connaissent aurait dû avantager ces Gladiators mais le niveau global OWL était trop élevé pour eux in fine. Durant le Stage 2 Fissure a débarqué et a tout transformé en arrivant en provenance des London Spitfire.

Le roster d’origine des Los Angeles Gladiators

Fissure, dès son arrivée ou presque, s’est mis à faire les calls, à proposer des actions collectives, et il était suivi. On a eu la sensation à ce moment que les joueurs au lion s’étaient trouvés un vrai leader, et via la traduction de Bischu, la mayonnaise a pris assez vite. (NDLR : Bischu étant parfaitement bilingue il joue un rôle d’interprète entre Fissure et le reste de l’équipe) L’équipe s’est bien adaptée et a fait corps avec son tank alors qu’avant on partait plutôt sur un Winston solitaire, esseulé. Le temps d’adaptation a été assez court, en une ou 2 semaines de stage 2 le liant était là, ce fameux liant qui leur manquait tant sur la première phase. On arrivait à créer de l’espace avec moins de morts. Ajoutons à ça Asher qui a brillé après une première phase en demi-teinte, durant laquelle il a été assez décrié. Ils finissent par échouer très près des playoffs de fin de stage 2, mais cela reste à l’image de leur parcours : on peut battre des très gros mais on s’écroule contre des équipes plus à leur portée. Le phénomène est également visible aussi au sein d’un même match, dans laquelle on va avoir du mal à rentrer dans le quad-map, puis revenir en trombe mais se crisper au moment de finir le travail. Du mal à conclure son affaire pour résumer. Mais l’équipe a step up globalement et on peut rêver de playoffs finaux. Stage 2 semaine 2 sur Volskaya, c’est le starting point, un truc se passe, ça enclenche une prise de risques payante. Les violets se sont rassurés à partir de cet instant, et ont rassuré leurs fans.

 

Les tanks

Fissure

Fissure est un véritable monstre à son poste, surtout avec son Winston. Il agresse, mais également il peel correctement sur sa backline en cas de besoin. Il n’y va pas en 1v5 ou 1v6. Il peut rester vivant alors qu’il se met dans de sales draps, un peu à l’image de Mano chez les Excelsior. Il a l’instinct et s’en sert remarquablement bien. Il agit énormément sur l’instant, au feeling, mais ses choix s’avèrent régulièrement payants. Il est polyvalent dans son rôle de main tank : son Orisa est très correcte, voire clutch sur ses haltes et son Reinhardt est solide. Mais avec ce dernier il temporise peut-être un peu trop son choc sismique (Oasis dans le derby de cette phase par exemple).

Bischu

Bischu a énormément progressé depuis la présaison et le début de la ligue. Il est capable de clutch régulièrement et il est de plus en plus présent sur le kill feed, augmentant aussi le nombre de dégâts infligés. Son côté humain est très important pour son équipe car il apporte cette positivité dont tous les compétiteurs ont besoin dans cet environnement. Il assure le moral de son équipe et comme dit précédemment, il traduit pour Fissure. Sur la sellette éventuellement avec l’arrivée prochaine de Void, ancienne doublette de Fissure avant la ligue, mais attention aux erreurs de management là-dessus. La communication reste primordiale, et il serait peut-être intelligent de maintenir Bischu titulaire au détriment du talent de Void pour éviter toute incompréhension. En cas de départ, de nombreuses équipes se l’arracheraient.

 

Les supports

Shaz

Dans les lignes arrières, Shaz et Biggoose sont exceptionnels. Sur un stage 1 avec Ange au centre de la meta, Biggoose a rongé son frein et le passage au stage 2 l’a un peu revigoré, notamment avec le retour, certes assez discret, de Lucio qui est son personnage coup de cœur. Du coup, ça boop bien, ça ride dur et ça envoie autre chose que sur la première phase, même s’il doit encore jouer la Ange. Mais on aime sa « Battle Mercy », qui nous gratifie souvent de très jolis kills (un certain Genji en lame du dragon appréciera). Shaz sur Zenyatta, c’est plus de kills qu’Unkoe depuis le début de la ligue, il a toujours été très solide sur les volées d’orbes. Il n’a peut-être pas le coté fédérateur d’un Jjonak qui va amener son équipe à le soutenir lourdement et à le babysit mais c’est lié au pick Zenyatta, qui force l’attention de l’équipe adverse, à cause de sa discorde et/ou de sa transcendance. Il prend de belles lignes, a une bonne visée et on ressent ça avec les autres types de personnages qu’il a pu jouer (Chopper, Mei, Tracer, Sombra, Bastion, …)

Biggoose

Les DPS

Hydration

Hydration a besoin de gagner en régularité, il peut carry énormément (son Chacal, son Genji) comme être assez fantomatique (Pharah, Sombra). Peut-être que son jeune âge est une des raisons de ces montagnes russes. Il faut qu’il puisse tenir sur la longueur, à voir si le management peut trouver une solution, peut-être essayer de le mettre plus en confiance sur certains picks, ou d’essayer de jouer autour de lui. Un véritable courant alternatif.

Silkthread

Le recrutement de Silkthread est possiblement un garde-fou. Avoir de la constance quitte à avoir un peu moins (très peu) de skill. Le joueur est complet, et se met dans le bain dès qu’il rentre. Soldat/Pharah sont ses picks sûrs, on le sent à l’aise. Joueur qui s’insère dans l’équipe sans faire de vagues, sans trashtalk. Ethique et professionnalisme.

Surefour

Surefour est vraiment chaud sur le stage 3, il a retrouvé tout ce qui faisait de lui une terreur dans les premiers temps compétitifs d’Overwatch. Sa Fatale est à un niveau énorme, il n’a peut-être jamais été aussi bon avec. Il arrive a bien mieux gérer ses positionnements, ses prises de décisions. Son McCree est redevenu une arme très violente. Sa polyvalence est son très grand atout. Sa Tracer n’est pas la plus acérée de la ligue mais elle sème le trouble comme il faut. Le gars sûr des dps de ces Gladiators.

Asher

Asher, le second gars sûr. Il est positif sur tous ses main picks en termes de ratio K/D. Il joue avec brio, surtout depuis le stage 2. Il est rentré dans son OWL à ce moment là, après une première phase assez compliquée ou il a été décrié un peu bêtement, car « le coréen ne carry pas ». Il a parfaitement su prendre le bon wagon après l’arrivée de son compatriote Fissure et désormais il fait toujours planer une lourde menace sur ses adversaires. Il joue très bien sa Tracer, il prend bien les duels. Dommage peut-être qu’il ne joue pas un peu plus. Hydration est moins régulier que lui et jouit d’un plus grand temps de jeu, mais cela reste bien sûr dans les mains expertes de la structure.

 

Le mot de la fin

Pour résumer, ces Los Angeles Gladiators, c’est l’équipe homogène. On a tout : le star player, le clutch player, celui qui prend les responsabilités, le supersub, le gars sûr, le support, celui qui parle IG, celui qui maintient le moral à flot… Ils ont tout pour performer, et pour tutoyer les playoffs de fin de stage 3 et surtout de fin de saison.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *